Ferme de la Bourdaisière
Réseau social
     

MENU

Formation longue : Le Programme Compagnonnage

Vous souhaitez préparer le lancement de votre projet en vous formant sur des fermes en maraîchage ?

 

En 2017, sur la base d’une expérimentation menée depuis 3 ans à la Ferme de la Bourdaisière et de la rédaction du plaidoyer, Fermes d’Avenir a estimé à 25 000 le besoin d’installations d’exploitations de petite surface (de 1 à 4 ha) en agroécologie d’ici 2030 afin d’accélérer la transition écologique et solidaire dans le domaine agricole. Atteindre ce nombre de fermes  permettrait de nourrir 33% de la population française (contre 5% aujourd’hui).

Cet objectif implique un besoin important de nouveaux agriculteurs, environ 100 000, ce qui constitue un véritable enjeu  de formation. Preuve que la question des compétences se pose dès maintenant, le principal obstacle que rencontre aujourd’hui Fermes d’Avenir dans le déploiement de ses projets est moins le foncier ou le financement, que l’identification de porteurs de projet compétents et prêts.

Pour répondre à ce besoin de formation, Fermes d’Avenir a lancé en mars 2017, à titre expérimental, un programme de formation itinérant en maraîchage agroécologique sur petite surface de type « compagnonnage », avec une reconnaissance des compétences par des pairs.

 

Ainsi est né le programme « Compagnonnage » de Fermes d’Avenir

 

Ce programme s’inscrit au sein d’un parcours cohérent associant pour un porteur de projet potentiel l’ensemble des offres de formation existantes : formation agricole publique initiale ou continue  (BPREA, BTS agricole, Certificats de Spécialisation etc.) et actions innovantes d’aide à l’installation (stage « paysan créatif » des CIAP, Espace-test, stage Reprise d’Exploitation Agricole, compagnonnage du réseau REPAS etc.) afin d’accompagner l’installation des porteurs de projets agricoles dans les meilleures conditions possibles.

Un porteur de projet d’installation agricole peut ainsi concevoir un parcours de formation personnalisé au cours duquel il pourra par exemple, à l’issue d’une première expérience d’emploi saisonnier, décider de s’inscrire dans un CFPPA afin d’obtenir un BPREA, puis de compléter son expérience et affiner son projet par une année de compagnonnage Fermes d’Avenir et terminer son parcours par un stage « paysan créatif » afin de bénéficier d’un accompagnement et d’un tutorat précis pendant sa phase d’installation.

Depuis Mars 2017 jusqu’en Mars 2018,  des « compagnons » renforcent donc, sur le terrain, par la pratique et en binôme, leurs compétences en maraîchage agroécologique sur petite surface, dans les 6 « fermes formatrices » du projet initial, qui les accueillent pendant au maximum 1 an avec des périodes de roulement de 2 mois.

 

Le déroulé du programme

Pendant 2 à 4 mois, un binôme de compagnons travaille aux côtés du tuteur (ferme formatrice), qu’ils accompagnent dans toutes les tâches nécessaires à la bonne gestion de l’exploitation : préparation et entretien des lieux de culture, mise en culture, récolte et conditionnement, utilisation du matériel et des équipements, gestion administrative, commercialisation, etc… Tous les 2  à 4 mois, les compagnons quittent leur hôte et leur binôme pour en constituer un nouveau dans l’une des 5 autres fermes, l’objectif étant de leur faire découvrir différents environnements, projets et méthodes de travail.

Sur le plan pédagogique, il s’agit d’une action de formation innovante car privilégiant l’apprentissage en  situation professionnelle, s’appuyant sur un référentiel métier dédié – « maraîchage agroécologique sur petite surface » – et sur l’utilisation de la démarche de « badge numérique » pour la construction d’un parcours personnalisé et une reconnaissance/valorisation par les pairs des compétences acquises.

La contribution hebdomadaire des compagnons est fixée à 35h/semaine, 5 jours par semaine. Ils sont logés, nourris et blanchis par leurs tuteurs. En échange de cet accueil et de leur implication pédagogique, les fermes formatrices sont défrayées. Les déplacements des compagnons sont également pris en charge par le programme.

Une première fois pour la phase d’accueil d’1 semaine puis plusieurs fois pendant l’année sur 2 jours, les binômes se retrouvent lors de temps collectifs de formations, d’échanges et de retours d’expériences : recueil des doléances et suggestions d’amélioration, échanges et analyses de pratiques, apports théoriques et pratiques sur la ferme, travaux pédagogiques, échanges informels entre pairs.

 

Le profil des compagnons

Tous les compagnons recrutés pour le projet disposent d’au moins 1 an d’expérience en maraîchage avec des expériences diverses en maraîchage bio ou non : saisonnier, chantier ou jardin d’insertion, bénévole dans un établissement développant une petite activité maraîchère, wwoofing longue durée, etc.

Notre sélection est nécessairement rigoureuse afin de garantir une adéquation de la formation avec le projet de chacun et la capacité d’accueil des fermes. La procédure de recrutement est maintenant ouverte pour une entrée en formation fin Septembre 2018 de 24 nouveaux compagnons, si vous êtes intéressé(e), contactez-nous via le formulaire compagnonnage.

 

6 fermes formatrices en 2017, 12 en 2018

Il existe en France de nombreuses fermes aux pratiques exemplaires, similaires à celles visées par la Ferme de la Bourdaisière. Pour donner plus de poids à ces acteurs et rendre visible le modèle de développement agricole défendu, Fermes d’Avenir a décidé de les fédérer au sein d’un réseau structuré de « fermes formatrices ». C’est au sein de ce réseau que les 6 fermes du projet initial ont été sélectionnées :

– la Ferme de la Bourdaisière (région Centre-Val de Loire)

– la Ferme Jardins de la Rue (région Normandie)

– la Ferme des Rufaux (région Normandie),

– la Ferme Cayre Valjancelle (région PACA),

– la Ferme de Layat (région Auvergne-Rhônes Alpes),

– la Ferme Benico bio (région Nouvelle-Aquitaine)

Bien entendu, ce réseau va s’étoffer dès cette année avec l’arrivée de 6 nouvelles fermes formatrices, selon un protocole d’adhésion spécifique, afin de répondre au plus près aux besoins de chacun des candidats-compagnons. Si vous avez une ferme et êtes intéressé(e) d’entrer dans le programme, contactez-nous via le formulaire compagnonnage !

A l’issue de la formation

A l’issue de l’année de compagnonnage, les compagnons ont consolidé leurs compétences en maraîchage nécessaires pour mener leurs projets agroécologiques. Leurs compétences sont validées par un processus de reconnaissance des compétences par leurs pairs étayé par un référentiel métier associé au concept original de « badge numérique », ainsi qu’une attestation de formation.

Plusieurs débouchés s’offrent alors à eux :

  • se consacrer à leur propre projet ;
  • travailler pour des projets spécifiques identifiés via l’activité  de Fermes d’Avenir ;
  • être recruté sur une ferme

Le parcours 2017 en quelques chiffres

  • Accueil d’un premier groupe sur ce premier « tours de France agricole » d’un an,
  • 6 fermes hôtes, sélectionnées dans le réseau Fermes d’Avenir pour la qualité de leurs pratiques,
  • 2 mois passés dans chacune des fermes par chaque compagnon,
  • Un mode de reconnaissance des compétences basé sur un référentiel métier-compétences co-construit : « Maraîchage agroécologique sur petites surfaces » et l’expérimentation du concept de « badges numériques »,
  • Plus de 10 postes à pourvoir déjà identifiés par Fermes d’Avenir à l’issue de ce premier parcours.

Programme Compagnonnage 2018 : Préparer l’accueil de maraîchers réfugiés !

 

Selon le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR), on comptait en 2016 plus de 65 millions de personnes déracinées dans le monde, chiffre en constante augmentation. Selon l’OFPRA (Office Français des Personnes Réfugiées et Apatrides), 86 351  demandeurs d’asile ont été accueillis en France en 2016 (+6,5% entre 2015 et 2016).

Pour ces personnes, tout reste à construire : apprentissage de la langue française, insertion sociale, accès à un logement décent, et insertion professionnelle. Lorsque les personnes accueillies obtiennent leur statut, la question de l’insertion sociale et professionnelle devient centrale, sans qu’aucun dispositif suffisamment concret ne soit à la hauteur des enjeux d’intégration. Pour y apporter une réponse, le GROUPE SOS, que Fermes d’Avenir a rejoint en 2016, mène de concert plusieurs projets visant à lever les freins s’opposant à une insertion réussie : apprentissage du français, programme de validation des acquis de l’expérience (VAE), orientation vers la reprise d’études, formations.

Le secteur Solidarités du GROUPE SOS gère notamment 12 CADA (Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile) à travers la France, ainsi qu’un dispositif d’accueil d’urgence pour personnes migrantes de près de 800 places. Le recensement des compétences des personnes accueillies dans ces CADA a fourni une donnée particulièrement intéressante : 10% de ces personnes, soit plusieurs dizaines, se disent « agriculteur » ou « ayant une expérience agricole » !

 

Le Programme Compagnonnage-Réfugiés 2018

Le travail de terrain quotidien des équipes du GROUPE SOS Solidarités auprès des réfugiés a permis de pointer le besoin, aujourd’hui peu ou mal satisfait, de leur intégration sociale et professionnelle. Pour tenter d’y répondre, l’expérimentation menée par Fermes d’Avenir de formation itinérante au maraîchage agroécologique en petite surface apparaît comme l’une des solutions à ce besoin : nous lançons donc un programme Compagnonnage spécial Réfugiés en 2018 !

Les binômes constitués seront mixtes (un français-un réfugié), afin de favoriser l’apprentissage du français et l’insertion sociale des compagnons-réfugiés. Concrètement, un travailleur social référent sera affecté au suivi des 12 compagnons-réfugiés et au bon déroulement de leur formation, ainsi qu’à la coordination de ce projet avec les autres dispositifs d’insertion professionnelle des réfugiés mis en place par le GROUPE SOS. Il aura pour mission d’assurer le suivi administratif et social des compagnons-réfugiés ainsi que, si besoin, la médiation avec le tuteur ou le binôme.

En plus de la pratique quotidienne de la langue avec leurs binômes et leurs fermes d’accueil, les compagnons-réfugiés suivront de manière régulière des cours de français, soit en ligne, soit auprès de bénévoles identifiés à proximité de la ferme. A la fin de l’année de formation, le travailleur social encouragera les réfugiés à passer un diplôme de français langue étrangère.

Pour le reste des caractéristiques inhérentes à l’action, ces personnes bénéficieront du même accompagnement que les autres compagnons.

 

Vous souhaitez vous engager dans ce programme ?