Ferme de la Bourdaisière
     

MENU

Notre vision de l'agroécologie

La mission de Fermes d’Avenir est d’accélérer la transition agricole, en faisant pousser des fermes agroécologiques partout en France.

Mais qu’est-ce que l’agroécologie ? Contrairement à l’agriculture biologique, l’agroécologie n’est définie par aucun cahier des charges, il n’est donc pas évident de définir quelle ferme est agroécologique et quelle ferme ne l’est pas. Nous définissons de façon simple les fermes agroécologiques comme des fermes qui permettent de nourrir la population avec des aliments sains et qualitatifs (goût, maturité…), en préservant le capital naturel planétaire (eau, sols, climat, biodiversité…) et en garantissant une activité viable, vivable et résiliente pour les agriculteurs. 

Afin de présenter cette vision et définition de manière pédagogique, nous avons imaginé une « Fleur de l’Agroécologie » qui met en lumière les 12 aspects majeurs de ce type de production :

Le diagramme ci-dessus représente  la fleur d’une ferme A, qui atteint une performance intéressante sur les pétales de la fertilité des sols (une ferme en MSV par exemple), la viabilité de son modèle et de ses conditions de travail, différente d’une ferme B qui pourrait avoir une performance moins forte sur ces pétales, mais plus importante sur d’autres (connexion au territoire ou biodiversité). La ferme A n’est pas meilleure que la ferme B : deux fermes agroécologiques peuvent avoir des performances différentes sur chacun des enjeux de l’agroécologie, en fonction de leur modèle. C’est la surface totale et l’harmonie des pétales colorés qui donne une bonne représentation de leur niveau global de performance agroécologique.

Au travers de cette représentation, la démarche agroécologique est représentée par les résultats qui sont visés plutôt que par les moyens (être bio ou non bio, faire de l’agroforesterie, travailler le sol ou non, diversifier sa production, faire de la vente directe, utiliser la mécanisation ou non,etc..). Cela résume en somme ce que peut être la vraie durabilité des systèmes agricoles et alimentaires. Le but ultime, mais aussi le grand défi des systèmes agroécologiques est de réussir à cumuler une performance sur l’ensemble des enjeux de durabilité (et non d’être performant sur un enjeu au détriment d’un autre).

Les cibles que les fermes agro écologiques essayent d’atteindre concomitamment sont :

 

La performance économique et personnelle des agriculteurs qui vivent de leur métier de façon pérenne

  • Viabilité : Ferme qui permet de générer un revenu décent pour l’agriculteur
  • Conditions de travail : Ferme qui limite la pénibilité, permet de maîtriser le temps de travail et d’introduire des jours de repos et de congés pour l’agriculteur ainsi que ses salariés
  • Résilience : Ferme résistante aux aléas économiques (variation des rendements et cours mondiaux, du prix du pétrole…) et naturels (érosion, sécheresse, inondations…)
  • Autonomie : Ferme autonome vis-à-vis des ressources extérieures nécessaires à la production (énergies fossiles, engrais, nutrition des animaux, subventions …)

 

La performance environnementale pour préserver le vivant au sein de la ferme et de son territoire

  • Biodiversité : Ferme qui préserve, voire régénère / restaure, son capital biodiversité (du sol, terrestre, de l’air, de l’eau) dans les cultures mais aussi dans tout l’écosystème de sa ferme
  • Fertilité des sols : Ferme qui préserve, voire régénère/ restaure, son capital fertilité à long terme de ses sols 
  • Carbone & Energie : Ferme qui capte plus de carbone qu’elle n’en produit pour lutter contre le réchauffement climatique et qui réduit toutes ses émissions de gaz à effet de serre
  • Ressources : Ferme sobre dans l’usage des ressources naturelles non renouvelables (énergies fossiles, engrais minéraux, matières premières extractives, eau..) et qui préserve la qualité des biens communs (eau, air, etc..)

 

La performance sociale et territoriale : nourrir la population en quantité et qualité

  • Sécurité alimentaire : Ferme qui produit suffisamment pour nourrir sa communauté, tant en quantité qu’en diversité, avec des prix de vente accessibles à tous.
  • Santé publique : Ferme qui produit d’une manière à préserver la santé de ses travailleurs (non utilisation de produits présentant un risque pour la santé) et de ses consommateurs (qualité nutritionnelle, absence de pesticides et autres contaminants)
  • Goûts et terroirs : Ferme qui produit des aliments valorisant les savoir faire gastronomiques, et qui préservent les variétés ou espèces anciennes et les terroirs
  • Connexion au territoire : Ferme qui reconnecte les citoyens à leur alimentation et à ceux qui la produisent, et qui reconnecte les agriculteurs aux autres acteurs territoriaux

 

En termes de transition, ce ne sont pas uniquement des changements de pratiques (techniques) qui permettront la mise en place de systèmes agroécologiques, mais bien une réflexion globale sur les “systèmes” ferme ou le “système” filière alimentaire. C’est à dire, le modèle économique couplé à l’ensemble des pratiques techniques, humaines et agronomiques.