Ferme de la Bourdaisière
     

MENU

La Fleur de l’Agroécologie

La Fleur de l'Agroécologie

Un outil pédagogique pour expliquer les enjeux agroécologiques

La mission de Fermes d’Avenir est d’accélérer la transition agricole, en faisant pousser des fermes agroécologiques partout en France.

Mais qu’est-ce que l’agroécologie ? Contrairement à l’agriculture biologique, l’agroécologie n’est définie par aucun cahier des charges, il n’est donc pas évident de définir quelle ferme est agroécologique et quelle ferme ne l’est pas. Chez Fermes d’Avenir, nous entendons par « agroécologique », tout modèle de ferme ou de système alimentaire territorial qui permet à la fois de répondre aux défis sociaux, économiques et environnementaux liés à l’alimentation et l’agriculture. 

Pour mieux expliquer cette vision, les différents défis, mais aussi les notions d’équilibre et de compromis à trouver dans la réponse à ces défis, nous avons imaginé un outil visuel et pédagogique, appelé la Fleur de l’Agroécologie

Fleur de l'agroécologie

La Fleur représente, au travers de ses pétales, 12 défis agroécologiques essentiels auxquels l’agriculture et l’alimentation doivent répondre, et qui sont répartis en 3 approches :

L'approche environnementale :
Préserver le capital naturel dans les limites soutenables pour notre planète

Ferme qui préserve, voire régénère son capital biodiversité dans les surfaces exploitées mais aussi dans tout l’écosystème de sa ferme.

Ferme qui préserve, voire régénère la fertilité endogène à long terme de ses sols.

Ferme qui tend vers un bilan carbone positif, conjugué à une réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation d’énergie, pour lutter contre le réchauffement climatique.

Ferme sobre dans l’usage des ressources naturelles non renouvelables et qui préserve la qualité des biens communs.

L'approche sociale :
Nourrir la population avec des aliments sains et qualitatifs

Ferme qui produit suffisamment pour nourrir sa communauté, tant en quantité, qualité et  diversité, avec des prix de vente accessibles à tous.

Ferme qui préserve la santé de ses travailleurs, de ses consommateurs, et de ses riverains.

Pour une ferme en élevage, la ferme garantit le bien-être animal.

Ferme qui valorise les savoir-faire gastronomiques, qui préserve les variétés ou espèces anciennes et qui prend soin de son terroir.

Ferme qui nourrit des liens avec les acteurs de son territoire et qui reconnecte les citoyens à leur alimentation.

L'approche économique :
Garantir une activité viable, vivable et résiliente pour les agriculteurs.

Ferme qui permet de générer une rémunération décente pour les agriculteurs, et de maintenir le niveau d’investissement nécessaire pour pérenniser l’activité.

Ferme qui limite la pénibilité physique et mentale, permet de maîtriser le temps de travail et d’introduire des jours de repos pour l’agriculteur.

Ferme résistante aux aléas économiques, naturels, sanitaires et politique.

Ferme qui équilibre son autonomie et sa dépendance vis-à-vis des ressources extérieures pour assure la production.

3 questions sur la fleur de l'agroécologie

Cet outil propose un cadre commun s’adressant à tous les acteurs : du porteur de projet qui cherche à prioriser les objectifs de sa future ferme, en passant par l’agriculteur qui souhaite mettre en avant le profil agroécologique de sa ferme pour en parler de façon structurée et objective, les acteurs des filières alimentaires qui s’interrogent sur les enjeux à adresser dans leurs approvisionnements, jusqu’aux collectivités qui peuvent structurer les stratégies agricoles.

Le niveau de réponse apporté par ces défis est représenté par un système de curseurs, le niveau maximal de réponse correspondant à une durabilité maximale. 

Nous nous focalisons sur l’atteinte de résultats sur les différents défis et non sur le recours à tel ou tel pratique ou choix technico-économique (agriculture bio, agroforesterie, non labour, circuit-court de vente, agriculture de conservation / MSV, etc…) qui sont plutôt des moyens que l’on peut combiner pour atteindre les résultats. La ferme “parfaite”, celle qui atteindrait les niveaux 4 sur chaque défi n’existe vraisemblablement pas. En effet, dans notre contexte économique et social, il s’avère nécessaire de trouver des équilibres, des compromis dans la réponse aux différents défis. La réponse aux défis environnementaux peut parfois être compatible avec une meilleure viabilité financière pour l’agriculteur (par exemple quand des pratiques favorables à la biodiversité et aux sols permettent des économies de charges), mais à d’autres moment limitante (par exemple quand une pratique ne permet pas d’atteindre le rendement de culture correspondant au seuil de viabilité de la ferme).

Notre définition de l’agroécologie n’est pas binaire et ne renvoie à aucun cahier des charges strict. La recherche de compromis implique que les fermes agroécologiques peuvent présenter des profils très diversifiés, avec des niveaux très différents sur chaque pétale d’une ferme à l’autre, ou encore avec des fermes plus avancées que d’autres dans leur niveau agroécologique global.

En termes de transition, ce ne sont pas uniquement des changements de pratiques (techniques) qui permettront la mise en place de systèmes agroécologiques, mais bien une réflexion globale sur les “systèmes” ferme (incluant la commercialisation, les investissements, etc..) ou le “système” filière alimentaire (incluant les logiques de contractualisation, le partage de la valeur, etc..). Dans ce cadre, l’agriculteur n’est pas le seul responsable de la performance agroécologique de sa ferme, c’est toute la communauté des consommateurs et des acteurs des filières alimentaires qui doivent aussi contribuer à la mise en place de modèles économiques justes et compatibles avec de hauts niveaux de performance environnementale et sociale.

Nous avons cependant publié un référentiel qui contient :

  • Une première définition du défi en une phrase simple
  • Les enjeux et problématiques qui justifient l’importance de ce défi (et la nécessité d’y répondre!) et le rôle particulier de l’agriculture, 
  • Une définition plus approfondie du périmètre pour éviter les “angles morts” lorsque l’on souhaite répondre à ce défi sur sa ferme, 
  • Les principaux leviers d’amélioration 
  • Une réflexion systémique sur les liens et compromis à trouver dans les réponses au défi,
  • Une logique de positionnement d’une ferme sur une échelle de 1 à 4 incluant l’image d’une ferme “idéale”,
  • Une analyse critique des outils existant pour évaluer une ferme sur ce défi.

Ce référentiel de 80 pages, et sa synthèse d’une quinzaine de diapositives, sont en téléchargement gratuit en bas de page et à usage libre et gratuit pour être diffusé et adapté (à usage non commercial et en citant Fermes d’Avenir).

Pour plus d’explications, n’hésitez pas à regarder la vidéo explicative ci-dessous :

télécharger le référentiel, le kit de communication et le livre blanc

Vous pouvez télécharger le référentiel complet (80 pages), le livre blanc (15 diapositives) et le kit de communication pour réutiliser la Fleur en remplissant le formulaire ci-dessous :

    Votre profil*


    Abonnez-vous à notre newsletter
    * Champs obligatoires