Ferme de la Bourdaisière
Réseau social
     

MENU

Cas Pratiques

Création d’une mare

Vous trouverez ci-dessous les étapes de réalisation des deux mares de la ferme de la Bourdaisière (mars 2015) : une mare dont l’étanchéité a été réalisée avec une bâche plastique, et une mare dont l’étanchéité a été réalisée avec de l’argile verte (test).

Etapes de création d’une mare dont l’étanchéité est réalisée avec de la bâche plastique

Cette mare se situe au centre du futur mandala (qui a été cartonné pendant 5 mois, ce qui a permis d’étouffer la prairie).

1ère étape : on dessine la mare. La mare est située au centre du futur mandala qui est un lieu de créativité libre pour les maraîchers (en dehors donc de la planification rigoureuse qui existe dans les jardins). La mare se devait donc d’être elle-aussi issue de la créativité collective des acteurs de la ferme. Il a été décidé qu’elle représenterait le ying et le yang : la moitié de ce cercle sera constituée de la mare, et l’autre moitié de plantation et d’aménagements pour l’écosystème.

2ème étape : on creuse le trou (avec une mini-pelle comme nous l’avons fait, ou avec des pelles et de l’huile de coude).

IMG_7916

 

3ème étape : on prépare le fond de la mare : on enlève les cailloux, on crée des paliers sur les bordures (afin de pouvoir accueillir une flore et une faune qui ont besoin de peu de profondeur d’eau), on rajoute de l’argile dans les pentes fragiles pour consolider la forme de la mare.

 

IMG_7931

4ème étape : on tamise de la terre pour la verser ensuite au fond de la mare pour créer un tapis sans caillou. C’est important pour garantir la longévité de la mare, car ce sont les cailloux qui peuvent à terme percer la bâche d’étanchéité.

tamisage

 

tamis

forme mare

5ème étape : on tapisse toute la surface de la mare de moquette ou un matériau équivalent. C’est une double peau avant d’accueillir la bâche : on optimise les chances de ne pas percer la bâche. Plus on augmente la durée de vie de la bâche, moins le travail d’entretien de la mare sera important (on ne devra changer la bâche qu’on bout de 15, 20, voire 50 ans !) et moindre sera également son impact carbone.

tapissement marepour couvrir la mareon couvre la mare

6ème étape : on pose la bâche. Cette opération nécessite d’être assez nombreux si possible pour bien répartir la surface de la bâche sur le volume, éviter des plis trop importants. On commence à remplir avec de l’eau pour permettre à la bâche de bien épouser la forme de la mare.

7ème étape : on cale les bords de la bâche à l’aide d’une bêche, délicatement.

fixation bords mare

8ème étape : on réalise les premières plantations. Plus de détails sur les plantations en fin d’article.

mare finie

Etapes de création d’une mare dont l’étanchéité est réalisée avec de l’argile

1ère étape : on dessine la mare

2ème étape : on creuse la mare. Normalement, l’étanchéité à l’argile est adaptée pour des mares de volume important puisqu’il faut une épaisseur importante d’argile (50 cm) pour que ce soit étanche. Néanmoins, par goût de l’expérimentation et de la démonstration, nous avons testé cette technique pour une mare de faible volume XXX.

3ème étape : on tapisse toutes les parois de la mare avec une couche épaisse d’argile (sans caillou, et si possible, de la bentonite : bonne qualité d’argile pour des mares). Dans notre cas, nous avons ramené de l’argile verte d’un terrain proche de la ferme. Cette argile était très compacte et pleine de cailloux : nous recommandons donc de trouver une meilleure argile, voire d’en acheter … Nous avons tapissé 20 cm, et devrons donc renouveler l’opération pour rajouter les 30 cm manquant (avec de l’argile de meilleure qualité cette fois-ci) pour garantir l’étanchéité. Egalement, il faut bien compacter l’argile : pour des mares de grand volume, cela se fait à l’aide d’une sorte de rouleau compresseur.

mare argilemare argile finie

4ème étape : attendre que les premières fissures apparaissent, puis mélanger de la bentonite avec de l’eau (on parle d’un « lait d’argile »)

 

 

 

 

 

 La flore de la mare

En France, il est strictement interdit de déplacer d’un milieu à un autre la plupart des animaux aquatiques, notamment les amphibiens. Ainsi, il est interdit de prendre des œufs de grenouille dans une mare pour les placer dans une autre. En effet, le risque est très élevé de détruire les œufs.

Ainsi, la stratégie consiste à implanter une flore adaptée qui servira de gîte à la faune aquatique. Un bon moyen d’appliquer le principe de permaculture :  » faire avec la nature et non contre elle ».

Nous avons apporté dans les mares de la ferme de la Bourdaisière les plantes suivantes (liste non exhaustive) :

Le potamot

C’est une plante flottante indigène (française) ; elle flotte et a une forte capacité de recouvrir sur l’eau : elle évite que le soleil ne chauffe trop sur la mare ce qui limite la hausse de température en été. Les tritons peuvent se reproduire et pondre sur ses feuilles, ce qui en fait une plante précieuse.

potamot

L’iris des marais

iris maraisLes larves de libellule à tous leurs stades vivent dans racines des iris. De plus, l’iris très oxygénante, et tient bien l’hiver. Elle est disposée mettre au bord de la mare. Ses graines sont flottantes, elles dérivent jusqu’à trouver de la terre.

 

 

Le nénuphar

Le nénuphar est une plante magnifique : elle accueille beaucoup d’insectes, fleurit pendant plusieurs mois. Les poules d’eau peuvent marcher sur ses larges feuilles et les grenouilles s’y abritent beaucoup.

Attention, sa croissance est rapide (elle peut prendre un mètre de rayon par an). Elle est plantée en pot pour la contrôler, et chaque année, il est nécessaire de la réduire.

nénuphar

Si cette plante n’est pas un support de ponte en tant que tel, l’envers de ses feuilles abrite de nombreux animaux. A titre d’exemple, les limnées (mollusques d’eau) pondent au-revers des feuilles et profitent que l’eau a une température douce à la surface pour que les œufs se développent mieux.

 La sagittaire

La sagittaire est une plante très belle, ses feuilles sont joliment découpées. En général, elle est implantée à 20-30 cm de profondeur. L’hiver, le bulbe remonte, et le vent la conduit ailleurs. Un bulbe double de taille chaque année pour atteindre la taille d’un bulbe de tulipe. Un sujet produit 2 à 5 bulbes par an. Ses fleurs attirent bcp d’insectes.

sagittaireLe roseau

Le roseau (phragmite) est la plante sauvage la plus implantée dans les sols humides. Elle est aussi celle qui abrite le plus d’animaux, d’insectes et d’oiseaux. Certains oiseaux ne vivent d’ailleurs que dans ce végétal. Le roseau dispose d’un important système racinaire et fait preuve d’une grande capacité de filtration. Sa présence dans une mare favorise la clarté de l’eau.
Le roseau a une croissance impressionnante verticalement mais reste peu envahissante. Il ne drageonne pas.

roseau

Enfin, le roseau dans la nature joue le rôle tout particulier de « fixer » le sol : il récupère par son système racinaire les micro particules en suspension dans l’eau, et cela crée du sol. En conséquence, sur une berge où ils sont fortement présents, le niveau d’eau baisse progressivement.

Dans mare bâchée, il n’y a pas de risque que le roseau troue la bâche car ses racines sont peu puissantes.

Liens intéressants :

– une video de Geoff Lawton (en anglais) : sur la possibilité d’améliorer l’étanchéité d’un étang en introduisant des canards dont les excréments vont tapisser le fond du bassin d’eau.

logo Horizon Permaculture
Cette fiche a été réalisée par Horizon Permaculture